1b) Inspiration et Engagement

Écrit le: 30 Décembre 2013
(pour voir la suite des textes fondateurs du projet, consultez la page Projet pour voir la liste des articles)
***

Tout commença dans la noirceur

     Enfant, je trouvais que nous vivions à l'époque la plus ennuyant et la plus ordinaire. Cela dit, j'ai dû grandir et mûrir pour réaliser que c'est entre autre par le confort d'où je suis née. La misère existe au Québec comme partout, mais elle est moins misérable qu'elle peut l'être dans les pays où les écart entre les pauvres et les riches est plus vaste, où la famine est grande, où la guerre est incessante, où les enfants et les femmes n'ont pratiquement aucun droit… N'empêche, j'avais cette idée superficiel que nous étions à une époque ordinaire et sans intérêt.
     Et lorsque j'ai compris les enjeux qui se présentaient à notre génération, j'ai été assommé par la grandeur de ce qu'il y a à faire…


LA PRESSE La raffinerie de Pétro Canada dans l'est de Montréal. 

      Je me rappelle avoir été désespérée autour de 2006 et 2007. Je me rappelle avoir regardé autour de moi, pour ne voir que de la pollution, des déchets partout, la dégradation de la qualité de l'eau, de la terre, de l'air, la désertification des sols, les dérèglements climatiques et les cataclysmes qui s'en suivent — inondations, tsunami, tremblement de terre — et la corruption omniprésente de l'élite dirigeante ou corporative…
     Je me rappelle m'être dit que je ne pouvais pas me permettre d'avoir des enfants, parce que le monde était trop pourri. Je me désolais de ne pas avoir réussi à changer les choses pour leur offrir un monde meilleur, un monde à la hauteur de ce que mes enfants méritent. J'ai réellement envisagé ne pas avoir d'enfant, pour cette raison.
     Puis j'ai trouvé cette idée des plus tristes... Pourquoi me priver d'un des plus beaux plaisir que la vie a à offrir : des enfants? Où irait le monde, si tout le monde prenait la même décision? Je me suis dit qu'au contraire, il nous faut des enfants!

Un monde imparfait

     Je suis moi-même née dans un monde imparfait, ainsi que mes parents et mes grands-parents. Les enjeux changent à chaque génération, mais depuis la nuit des temps, le monde est imparfait. Nos aînés nous font visiter ce monde imparfait, nous montre humblement les erreurs qu'ils ont fait et nous enseigne à réfléchir sur les solutions. Et chaque génération apporte des solutions pour rendre le monde un peu meilleur. Chaque génération fait des erreurs, puis admets humblement à ses enfants les erreurs commises et les aide avec l'expérience qu'elle a gagnée.
     Ceux de ma génération sont prompts à accuser les babyboomers, mais je pense que c'est une erreur. De cette génération de babyboomer, nous avons vu des John Lennon devenir un activiste de la paix, nous avons vu David Holmgren (étudient de Bill Mollison) lancer un des mouvements écologiques les plus durable : la permaculture, ou des Jean Barbe descendre dans les rues avec les jeunes pour activement revendiquer les droits de scolarité universitaire abordable pour tous.
      Et nous, que dirons nos enfants, lorsqu'ils seront grands? Nous accuseront-ils d'avoir vécu à l'heure des signaux d'alarme et de n'avoir rien fait pour sauver l'humanité qui fonce droit vers une catastrophe planétaire, si rien n'est changé? Nous avons tous nos tords et nos défaut. L'heure est trop grave pour pointer du doigt. Et comme toujours, je pense qu'on s'en fout c'est la faute à qui! Le merdier est là, il faut le ramasser et il est trop grand pour que ce soit l'affaire d'une personne héroïque.

Qui sauvera le monde?

      Le sentiment d'accablement que j'ai eu en voyant ce monde pourri, je ne pense pas être la seule à l'avoir ressenti. Je pense qu'au contraire, bien des gens le ressentent. Et nous sommes tous accablés dans notre coin, à penser que nous n'avons pas les moyens, ni la force de sauver le monde. Par culture, nous avons grandis avec des images de super-héros tous les samedis matin. Et nous réalisons que nous n'avons pas de super-pouvoir comme Superman ou Wonderwoman, et nous ne sommes pas non-plus millionnaire comme Bruce Wayne qui devient Batman, le justicier masqué d'une ville corrompue à la rescousse chaque nuit.
     Nous sommes tous des monsieurs et madame tout le monde, des hommes ou des femmes de la construction, des paysagistes, des réparateurs de voiture ou des enseignants d'école… Qui sommes-nous pour nous lever et prétendre vouloir sauver le monde? Nous n'avons pas la force moral ou physique! Nous n'avons pas l'argent… ni le temps! Alors qui?
       Je pense que c'est notre monde à tous. Alors pourquoi la tâche de sauver le monde devrait-elle pas être l'action de nous tous rassemblé?





     Nous sommes tous des nobody, qui n'a pas assez d'argent, ni de temps pour ces choses. Mais il y a tous quelque chose que nous savons faire, qui est un talent qui nous est propre. Je n'ai pas un talent pour argumenter, pour me «battre», ni même pour convaincre. Mon talent à moi réside vraiment dans les idées. Je suis créative, j'ai de la facilité à écrire et de dessiner… et donc mon effort, je le met là. J'écris ce document pour inspirer de mes idées. Si vous avez des idées vous aussi, si dans ma naïveté, j'écris des choses qui ne se peuvent pas, joignez-vous à moi et nous réviserons ce document pour qu'il soit réaliste, faisable et remplis de solutions de Dragons Verts.
      Je ne veux même pas faire de l'argent avec ce projet, car je trouve que ce serait un frein — certaines personnes ne pourraient se le payer — alors qu'il est urgent d'agir! Quelqu'un d'autre sera talentueux(se) pour repenser les bâtiments de demain, ou repenser l'agriculture. Un(e) autre sera doué(e) pour éduquer les enfants vers les solutions de l'avenir. Un autre encore sera plutôt talentueux(se) à organiser des évènements, à rassembler des bénévoles ou des spécialistes. Nous avons tous un talent utile à l'humanité et essentiel pour nous tirer de ce faux pas.



Héritage et Engagement

     Je me suis rendue à l'évidence: il faut faire des enfants! Les enfants sont — ont toujours été et seront toujours! — porteur d'espoir. Ils sont les adultes de demain, les prochains constructeurs et réparateurs du monde, les prochains enseignants pour la génération suivante. Avec eux vient l'espoir d'un monde meilleur. Nous les éduquons à voir, admettre, réfléchir et trouver des solutions; puis  nous devons faire confiance qu'ils sauront faire les bons choix et poser les bonnes actions, pour eux-mêmes, pour nous qui seront rendu vieux, mais aussi pour leurs propres enfants et petits-enfants.
     J'ai eu ma première fille en 2008 et ma deuxième 2012 et je pense du plus profond de mon cœur que mes filles sont la chose la plus merveilleuse qui me soit arrivée. C'est en devenant mère que je me suis découvert le courage de changer le monde pour en faire une place meilleure, pour mes filles, pour leurs amis, pour tous les enfants de leur génération et celles à venir. Je n'avais pas cette conscience avant d'avoir mes filles.
      Avant, un parent pensait ramasser de l'argent pour l'offrir en legs à ses enfants après sa mort. Je dois avouer que je ne travaille pas très fort de ce côté. Ce n'est pas le legs que j'espère laisser derrière moi, car dans l'état où les choses sont, j'ai l'impression qu'il serait dérisoire pour mes filles d'avoir toute l'argent du monde… s'il n'y a plus de terre saine où vivre. Et je ne leur souhaite pas de devenir égoïste au point de se dire « J'ai l'argent pour moi avoir un bout de terre nettoyer… et tant pis pour le reste! »

      L'idée proposée dans ce projet est universelle et humaine. Alors que j'écris ces lignes, ça fait environ un an que je fréquente un entourage écologiste et je sais maintenant sans conteste que non seulement ce genre de changement est désiré, mais surtout qu'il y a une multitude de projets similaires qui émergent partout. Chacun d'entre eux est important et a sa place.
      Je trouve finalement plus que nous sommes dans une époque ennuyante et sans intérêt. Au contraire, malgré le fait que l'enjeu a une tendance à m'accabler, je suis reconnaissante d'être ici et maintenant, avec ce que j'ai à offrir au monde et je me réjouis de pouvoir faire une différence, d'une grandeur humaine.

     Voici donc ma vision à moi, avec laquelle j'espère bâtir quelque chose qui saura changer le monde, à la hauteur de ce que ma personne peut faire. C'est mon legs à moi, qui, j'espère, saura aussi inspirer d'autres à en faire autant.

***

1) Introduction


a. Qui est derrière le Dragon Vert?
| Qui suis-je? | Inquiétudes | Idéologies | Être mère | Mission et (r)évolution |
b. Inspiration et Engagement
| Tout commença dans la noirceur | Un monde imparfait | Qui sauvera le monde? | Héritage et Engagement |
c. Qu'est-ce que le Dragon Vert?
| D'où vient le symbole du Dragon Vert? | Pourquoi ai-je choisi ce symbole? | L'oeuf du dragon, la naissance d'une idée | Projet du Dragon Vert | Informations gratuites, pourquoi? |
d. Être éco-responsable
| Ce n'est pas… | C'est plutôt… | La nature ne réduit pas Ce n'est pas… | Faire preuve d'intelligence | Écologie et technologies |
e. Régénération
| Réajustement | Vivre différemment | C'est «durable»? | Réduire? Oui, quand même un peu | Solution «régénératives» |
(pour voir la suite des textes fondateurs du projet, consultez la page Projet pour voir la liste des articles)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire