Récap 2012 et attentes pour 2013


     Je voulais prendre un moment pour faire un tour rapide de mes influences en 2012, année charnière pour moi qui a vu la naissance de ce projet.

Récapitulation 2012 : les influences

Pam Warhurst

     Ma première influence de cet été, a été Pam Warhurst et la vidéo TED «Comment nous pouvons manger nos paysages» (vidéo de 13 minutes, en anglais, sous-titré en français). Cette vidéo a eu un effet totalement contagieux. Dans sa petite ville de Todmorden en Angleterre, Pam et ses amies ont commencées, bénévolement, sans demander de permission, à planter partout dans la ville.
     Plutôt que de "décorer" la ville avec des plantes horticoles, elles ont transformé la petite municipalité en un véritable potager! Chaque espace publique, le terrain de l'église, l'école primaire, le poste de police, le cimetière, etc. tout est désormais un jardin potager. Une ville où la nourriture est tellement en abondance qu'il est impossible d'y mourir de faim.
     Son exemple m'a donné envie de faire la même chose, au Québec. Je ne sais pas encore comment je vais m'y prendre, mais j'ai envie de le faire.


John Jeavons

     Pour débuter mon projet, moi qui ne connaît encore pratiquement rien en jardinage, j'ai pris le temps de chercher un livre pour m'aider. Je savais que je voulais apprendre à propos de la polyculture (c'est-à-dire de faire pousser une multitude de variété de produits au même endroit, contrairement à la monoculture qui elle, est une grande terre qui cultive un produit unique), je savais que je voulais faire du biologique, de l'écologique (étrangement, les deux sont rarement synonyme). Mais aussi une culture par «compagnonage», pour moi un incontournable du jardin biologique ou de la mini-ferme maraichère en polyculture.
     Le «compagnonage», c'est cette technique qui, par une planification judicieuse du jardin, nous fait planter certaines plantes côte à côte pour s'entraider. Par exemple, l'une est souvent ravagée par un type d'insecte, alors que l'autre les repousse. Ces deux plantes mise en terre ensemble nous évitent donc l'usage de pesticide, sans le désagrément des insectes nuisibles.

     Ma recherche m'a amenée sur cette page: « Les plantes qui font bon ménage » du Dr Stuart B. Hill. Vous y verrez un meilleur aperçu du « compagnonage ». C'est là que j'ai vu ce nom, John Jeavons, qui semblait être à la source de cet article. Par curiosité, j'ai regardé ce que je pourrais trouver avec ce nom sur Amazon.ca. Je suis alors tombée sur ce livre (en anglais) : « How to grow more vegetable (and fruit, nuts, berries, grains, and other crops) than you thought possible on less land than you can imagine. » Traduction: « Comment faire pousser plus de légumes (et fruits, noix, baies, grains, et autres plantes) que vous croyez sur moins de terre que vous pouvez l'imaginer. »

     Un achat que je ne regrette pas du tout! Je n'ai pas encore mis en pratique, mais ce livre parle de la méthode de M. Jeavons, fondateur de « Ecology Action » et de la technique « GROW BIOINTENSIVE (R) », une méthode de culture bio, très efficace en terme de rendement, sur peu de terre (comme l'indique le titre), avec peu de moyen, le plus souvent des moyens manuels (et le livre donne même des plans très détaillés pour construire ses propres outils!), des mini-serres (dans lesquelles on ne peut pas entrer), le tout sans ne jamais dévitaliser la terre, puisque la technique décrite dans le livre de M. Jeavons (développée depuis 40 ans maintenant et continuellement en évolution) contient un volet important qui est le compostage.
     Le compostage de la technique de GROW BIOINTENSIVE (R) représente environ 50% ou presque de la méthode. 

« Donnez à la Nature, et elle vous le rendra par son abondance glorieuse » -- Alan Chadwick


Documentaire « Solutions locales pour un désordre global » 

     De tous les documentaires que j'ai listés dans la page Bibliothèque, celui à voir qui est le plus directement lié à mon projet en terme de jardinage et potager, celui qui m'a le plus marqué est définitivement celui-ci.
     

     
      On y voit des sujets comme l'origine des pesticides et fertilisants chimiques. On discute de la "révolution verte" des années passées. On démantèle plusieurs mythes agricoles, comme le besoin d'une charrue et de creuse profond. On parle de la santé de la terre, et comment dire par un simple coup d'oeil, si une terre est fertile et saine, ou si elle est « morte » par usure des produits chimiques. On y montre aussi des méthodes alternatives, manuelles ou mécanisées. On y parle de différentes façon de fertiliser le sol, selon différentes régions du monde.

Attente pour 2013

 

Prochain achat?

      Avoir plus d'argent, je me l'aurais déjà acheté: le livre des semences de Kokopelli. 55€ l'ouvrage de 848 pages + 40€ pour le shipping outremer. Semences, semences ancestrales, jardinage, biodiversité, fiches complètes de 2700 variétés de plantes potagères principalement, mais aussi médicinales et ornementales, 1300 photographies couleurs... J'ai hâte de voir ça!

Expérimentations

     Déjà débuté pendant la période de Noël 2012, des pousses! Il est trop tôt pour partir les pousses de jardin, mais justement, il y a de la marge pour l'erreur pour celle qui n'a encore jamais tenté de partir ni son propre jardin, ni ses propres semences!
     J'ai des graines de tomates qui ont germées, j'ai pris des bouts de carottes coupés, des panais, radis noir, betterave jaune, patate douce... et je les fait renaître. À venir, la famille des laitues, choux, céleri, ail, oignons verts, etc. Le tout, avec une comparaison de type d'eau. Laquelle est la meilleure: l'eau du robinet, l'eau en bouteille ou une eau de robinet qui a été passée au filtre à charbon actif, puis minéralisée et dynamisée? Le tout avec photos à l'appui, j'écrirai des articles lorsque les expérimentations auront un peu plus de racines! ;o)

Récolte de semences

      J'en ai déjà parlé dans ce billet anecdotique: j'ai commencé à collectionner les semences. Tout ce que j'achète à l'épicerie et qui est mangé par ma famille qui contient des semences récupérables, je les ramasse, les fait sécher et je les met de côté. Une belle petite réserve de graines de plusieurs variétés de courges, de melons, de poivrons, de pommes, etc. Une nouvelle passion inattendue pour moi, cette idée des semences «gratuites» simplement par l'achat d'aliment à l'épicerie, le tout pour créer un jardin avec... vraiment très peu de moyen!

Visites et informations

     Informations par les lectures qui déboucheront, je l'espère bien, à une recherche assez solide, que je mettrai au fur et à mesure (que j'en ai le temps) en-ligne. Mais aussi l'information par les rencontres, les conférences, les visites. Déjà dans une semaine, une conférence sur les «Earthship», des maisons fascinantes (dont je dois écrire au moins un article!) à énergie passive, autosuffisante, durable, construite de matériaux recyclés (pneus, canettes, bouteille, etc.) et/ou naturels.
      Je compte aussi faire la visite de quelques écovillage du Québec pour y rencontrer des gens qui ont fait ce genre de projet avant moi. Des articles suivront ces visites.

Début de jardinage!

     Dès le printemps, bien sûr, le début du jardinage! J'ai très peu d'espace ici, chez-moi. Peut-être un 15 pieds par 15 pieds (4.5 m x 4.5 m) sous un sapin (donc terre très acide (défavorable) et remplie de racines...). Pour faire quoique ce soit à la maison, je vais devoir user d'imagination, et probablement devoir tenter le «jardin mural».
     Sinon, j'ai en tête de m'inscrire au jardin communautaire de la ville, ou encore, de m'inscrire (en groupe sûrement) aux Jardins de Marie-Bio. Les coûts ne sont plus «moindre» à ce moment-là, mais l'étendue de la terre y est alléchante. C'est encore à voir!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire