Les cures alternatives du cancer (4)

Suite de :

 Dr Burzynski movie



     Documentaire en anglais, de presque 2 heures.


     Après les articles #2 et 3 sur le sujet des cancers, chacun démontrant un grand nombre de solutions (en plus, Dr. Burzynski apparaît rapidement dans «Cancer is curable now!»), qui y a-t-il de plus à dire?
      Le film sur la méthode de Burzynski, dans ses 3 premières minutes, démontre un témoignage que j'ai trouvé des plus touchant et choquant lorsque je suis tombée sur ce reportage: le premier cas connu soigné du cancer grâce à la méthode de Burzynski, mais décédée dû à la chimiothérapie.
     Les 30 premières minutes du reportage illustre le raisonnement et la méthode (issue de la médecine allopathique, une méthode très scientifique) et des histoires de cas de cancer soigné.

     Ce qui est particulier de ce reportage, c'est la suite. Comme pour les médecines naturopathiques qui trouvent des solutions au cancer (Essiac en herboristerie, Gerson en nutrition, par exemple) qui sont largement critiqués par la médecine allopathique, Dr Burzynsky a aussi été repoussé par ces collègues de la médecine allopathique.
     On a tenté de le discréditer, on a tenté de lui retirer sa licence de médecin, on a tenté de l'emprisonner (!!). Dans les coulisses de la médecine allopathique, il semble y avoir une bataille agressive entre scientifiques-chercheurs, un genre de lutte pour la «gloire et la renommée». Chacun veut être celui ou celle qui découvrira la cure, celui/celle qui sera inscrit dans l'histoire de l'humanité comme étant la personne ayant «sauvé l'humanité de...». Mais la médecine allopathique est gouvernée par la médication. Le rôle d'un médecin allopathique est d'apposer un diagnostique (et il est le seul à pouvoir le faire (au Québec, les sages-femmes aussi), mais c'est tout) et d'appliquer une prescription pour soigner.
     Et c'est là le problème du Dr Burzynski. Il a trouvé une cure, seul. Il n'est pas affilié à une grande firme pharmaceutique. Contrairement aux traitements proposés dans «Cancer - Forbidden Cures», la cure du Dr. Burzynski est dispendieuse. C'est le seul point négatif... et parfois, je me demande s'il n'est pas obligé de le faire pour «résister» aux attaques juridiques. 

     C'est comme si les pharmaceutiques étaient une mafia, des «dealer de drogues»; on dit, en anglais «drug store» (pour désigner une pharmacie) après tout. Je n'aime pas ces mots et j'espère, j'espère tellement me tromper! Parce que si ce portrait est vrai... cela voudrait dire que pendant que des gens brillants comme le Dr Burzynski trouvent des solutions, les pharmaceutiques qui ne peuvent avoir les profits pour eux, tentent de discréditer et d'irradier ces brillants chercheurs... pendant que d'autres, comme ma mère, ma tante, ou votre ami, se meurt du cancer. Cette simple idée, m'apparaît... odieuse! Scandaleuse! 
     Mais partout, cette lutte entre médecine allopathique et naturopathique revient. En tant qu'élève d'une médecine alternative (l'herboristerie), je ne cesse de me butter sur ce genre de témoignage. La majorité des naturopathes que j'ai rencontré n'ont aucune objection à travailler main dans la main avec la médecine allopathique. Pourtant, cette dernière semble agressive à repousser les médecines alternatives, comme quelqu'un qui craint être détrôner... ou comme si nous étions encore à l'âge de la chasse aux sorcières. C'est désolant.

    Pour terminer, pour ceux moins à l'aise avec l'anglais, notre ami Peter Moore a fait une traduction en français et résumé du film, que vous pouvez trouver ici:



Pour voir les suites:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire